Accueil du site Culture Livres
 

Les Sourds : aux origines d’une identité plurielle

Article publié le lundi 21 juin 2010.


(JPG)

Présentation

Les différences qui émergent des quêtes identitaires contemporaines accentuent, dans un mouvement antagoniste de repli corporatiste et de reconnaissance de la pluralité du social, le sentiment que l’identité moderne se fragmente en une constellation de possibles. L’identité sourde fait partie de cette constellation. Elle découle de conceptions qui dépassent le simple intérêt catégoriel pour faire jaillir une communauté de sens. Ainsi, pour plusieurs personnes se reconnaissant dans cette identité, la condition qui les unit est d’abord articulée à partir d’un attachement collectif à une culture spécifique, et surtout, à une langue qui leur est propre. Bien sûr, ce déplacement du stigmate ne s’effectue pas dans l’oubli des dénominations et des traitements antérieurs concernant la surdité et doit composer avec la sédimentation des représentations sociales ayant investi la surdité comme caractéristique identitaire. Les Sourds interrogent définitivement les nouvelles formes du lien social mettant en scène des spécificités qui s’expriment comme différences émancipatrices. Un ouvrage de référence en la matière est le bienvenu à une époque où plusieurs penseurs, mais aussi acteurs du monde de l’éducation et de la réadaptation, s’interrogent sur cette différence, mais aussi sur la différence en général comme vecteur d’identification.

Contenu

Patrick Fougeyrollas : Avant-propos
Marguerite Blais : Préface
Charles Gaucher : Introduction Stéphane-D. Perreault : Diverses lectures de l’histoire sourde au Québec _ Charles Gaucher : Les fondements de l’identité sourde - Daphné Poirier : Le fil ténu entre l’enculturation et l’essentialisation d’une condition. Le cas de « l’être Sourd »
Andrea Benvenuto : Qui sont les sourds ?
Sophie Dalle-Nazébi/Nathalie Lachance : Reconstruction moderne de réseaux de sourds et constructions identitaires
Benoît Virole : Nouvelles dimensions de l’identité sourde
Ioana Comat : Territoire-réseau et nouveau « pays sourd ». Pour une approche géographique de la construction de l’identité sourde contemporaine
Colette Dubuisson/Christiane Grimard : Développement de l’identité sourde : point de vue linguistique
Stéphane Vibert : Conclusion. La communauté sourde comme expression des ambivalences de la modernité.

Les responsables de la publication

Charles Gaucher est professeur à l’École de travail social de l’Université de Moncton. Docteur en anthropologie diplômé de l’Université Laval, il a travaillé avec plusieurs associations impliquées dans la défense et la promotion des droits des personnes handicapées. Ses travaux de recherche portent principalement sur l’identité et les communautés sourdes du Canada.
Stéphane Vibert est professeur au Département de sociologie et anthropologie à l’Université d’Ottawa. Docteur en anthropologie sociale et culturelle de l’E.H.E.S.S. (Paris), il étudie les formes d’appartenance spécifiques aux sociétés modernes, par divers ouvrages et articles qui portent notamment sur les rapports entre pluralisme culturel et démocratie, ainsi qu’entre communautés minoritaires et État-nation.

Commander sur le site de l’éditeur


Aller au début de l'article
Répondre à cet article

Forum de l'article

Aller au début de l'article
L'UNAPEDA est une association pluraliste, ouverte, et permet donc l'expression des diverses sensibilités sur son site. Les articles publiés engagent essentiellement leurs auteurs et ne signifient aucunement que notre association aurait, d'une quelconque manière, décidé de privilégier l'opinion qu'ils expriment au détriment de toutes les autres Nous nous réservons le droit de ne pas publier les articles en totale contradiction avec nos valeurs, diffamatoires, menaçant ou que nous ne jugeons pas convenable pour quelque motif que ce soit

Dernière mise à jour samedi 6 juillet 2019
2777 articles - 111 messages - 267 bréves.
Site réalisé par EMERA
avec SPIP 1.8.3 sous licence GPL - Epona 2.2.3.