Accueil du site Manifestations 2007 Elections 2007 Elections législatives
 

Réponse de Christophe LECHEVALLIER, Candidat Mouvement Démocrate-UDF, 2e circonscription de la Haute-Vienne

Article publié le mercredi 6 juin 2007.


Christophe LECHEVALLIER
Agriculteur
L’Etang
87230 FLAVIGNAC

Candidat Mouvement Démocrate-UDF pour les législatives
2e circonscription de la Haute-Vienne
Tél : 06 06 87 87 02
Mail : lechevallierUDF@aol.com
Site : www.lechevallier.over-blog.com

Le 2 juin 2007

Réponse à l’ UNAPEDA

Monsieur le Président,

Vous sollicitez mon point de vue sur l’épineux sujet de l’éducation, de la formation professionnelle et de l’emploi des personnes mal ou non entendantes.

C’est avec une infinie attention que j’ai lu votre dossier. C’est un sujet grave, mais malheureusement pas unique. Tous les handicapés sont concernés et notamment les non et mal voyants que je rangerai dans la même catégorie que celle qui vous préoccupe, dans une société basée en effet sur la communication et le visuel. N’étant pas spécialiste en ce domaine, je me garderai bien de donner des solutions. Mais je vous propose quelques lignes des réflexions que m’ont suggérées vos propos.

Enseignement scolaire et formation professionnelle.

Je crois qu’il est primordial de trouver des solutions adaptées aux besoins de ce public très spécifique, par
-   des établissements spécialisés, ce qui me semble le mieux correspondre à ce domaine,
-   des unités spécifiques dans des établissements d’enseignement général chaque fois que les premiers sont trop éloignés (il conviendrait alors de connaître le nombre exact des demandeurs pour mettre en adéquation le nombre des structures d’accueil. Cette solution aurait pour mérite de faire cohabiter des enfants handicapés et dits normaux qui pourraient ainsi être sensibilisés aux problèmes de leurs petits camarades),
-   des accompagnements systématiques que vous décrivez comme codeurs, interprètes, professionnels et éducateurs spécialisés (je vois là une absolue nécessité d’avoir des auxiliaires formés, relevant de financements médico-sociaux).

L’obligation de résultat à attendre des filières éducation/formation est bien au minimum la maîtrise de la lecture et de l’écriture, comme pour l’ensemble des élèves même entendants (il y a beaucoup à faire aujourd’hui).

Le développement de la formation en LSF -pourquoi pas comme 2e langue- me semble tout à fait important, ainsi que la reconnaissance d’un diplôme spécifique permettant entre autre l’unification des formations. L’expérience de Nîmes sur une option LSF au bac me semble pouvoir inciter d’autres initiatives dans ce sens.

Le volet financier est plus complexe pour moi. Mais je crois en effet nécessaire d’utiliser le forfait de 30 h au financement des aides humaines, en tenant compte, comme vous le soulignez, de la réalité des coûts des prestations proposées.

Accueil dans le monde du travail

Nous nous heurtons là à la dimension humaine et aux réactions particulières à chacun, sur lesquelles il est difficile de légiférer. Par contre, nous pouvons imposer des services publics la mise en œuvre de moyens spécifiques visant à faciliter l’insertion des handicapés dans la vie (Etablissements scolaires, Administrations, démarches de la vie sociale, emploi).

L’obligation faite au secteur privé d’embaucher des personnes handicapées est, vous le savez bien, souvent contournée par le paiement d’une redevance de compensation. C’est un long travail de sensibilisation qu’il convient ici de mener et je crois que la prise de conscience dès l’enfance (comme je le soulignais plus haut) peut conduire à une meilleure connaissance de la problématique du handicap qui n’est nullement contraire à la compétence, au partage, à l’efficacité.

En résumé, les points de mon engagement sur ma circonscription et dans les discussions à l’Assemblée Nationale peuvent porter sur :

-   l’ouverture d’unités spécialisées dans les établissements d’enseignement général ;
-   une formation LSF reconnue et diplômée,
-   une aide financière pour les accompagnements nécessaires à une vie sociale,
-   une obligation de services publics adaptés,
-   une sensibilisation auprès des acteurs de la société économique privée.

J’espère avoir répondu à vos attentes et vous prie d’agréer, Monsieur le Président, mes sincères salutations.

Christophe Lechevallier


Aller au début de l'article
Répondre à cet article

Forum de l'article

Aller au début de l'article
L'UNAPEDA est une association pluraliste, ouverte, et permet donc l'expression des diverses sensibilités sur son site. Les articles publiés engagent leurs auteurs et ne signifient aucunement que notre association aurait, d'une quelconque manière, décidé de privilégier l'opinion qu'ils expriment au détriment de toutes les autres

Dernière mise à jour lundi 2 décembre 2019
2800 articles - 120 messages - 267 bréves.
Site réalisé par EMERA
avec SPIP 1.8.3 sous licence GPL - Epona 2.2.3.