Accueil du site International
 

VACHES A LAIT ET MANGEURS INUTILES : L’APPEL DE LA LANGUE DES SIGNES ET LES INCONVÉNIENTS DE L’ACCESSIBILITE. Aux Etats-Unis la question de l’accès des personnes sourdes à l’université reste posée.

Note unapeda : La vache à lait , dans le jargon des affaires , est une entreprise qui génère un retour sur investissement régulier qui dépasse de loin la dépense d’argent nécessaire pour l’acquérir ou la démarrer. Mangeurs inutiles : dans l’idéologie de l’Allemagne nazie , une personne souffrant d’un grave problème médical ou souffrant d’un handicap , considérée comme nécessitant l’aide de la société sans rien lui restituer.
Article publié le lundi 18 novembre 2019.
traduction : en


Aux Etats-Unis la question de l’accès des personnes sourdes à l’université reste posée. L’accès reste problématique et les universités invoquent souvent les surcoûts pour refuser ou offrir un accès minimal. Certaines universités très réputées offrent avec enthousiasme des cours de langue des signes et d’études sur la surdité tout en refusant l’accès aux personnes sourdes et handicapées

Les personnes sourdes ont publié des vlogs et des blogs expliquant que les personnes qui entendent ne devraient pas enseigner la langue des signes ; cela contribue à la marginalisation des personnes sourdes. Ces plaintes (voir des exemples ici et là). ont suggéré que l’enseignement de la langue des signes à des étudiants entendants soit le domaine des sourds et des signataires du patrimoine ( note unapeda :signataire du patrimoine désigne les parents sourds qui utilisaient ou comprenaient la langue des signes dans une certaine mesure. Dans le présent document, le terme « signataire du patrimoine » est utilisé pour désigner les personnes sourdes).

Cela est devenu une question de justice sociale et de justice pour les personnes handicapées. Dans le contexte de la justice pour les personnes handicapées, nous examinons les facteurs sous-jacents et primordiaux de cette résistance aux non-sourds qui enseignent la langue des signes. Cette résistance est en partie enracinée dans une critique néolibérale de l’université. Les universités américaines ont largement profité de la langue des signes.

L’intérêt pour l’apprentissage de la langue des signes a considérablement augmenté aux États-Unis. Les universités bénéficient d’un nombre accru d’inscriptions, d’avantages pour les droits de scolarité et de subventions gouvernementales pour mener des recherches sur le langage des signes et des sourds. Cela profite à la réputation de l’université et à ses résultats.

Cependant, la question de l’accès des personnes sourdes à l’université reste posée. L’accès reste problématique et les universités invoquent souvent les coûts pour refuser ou offrir un accès minimal. Aux États-Unis, certaines universités très réputées offrent avec enthousiasme des cours de langue des signes et d’études sur la déficience auditive tout en refusant l’accès aux personnes sourdes et handicapées (voir par exemple ici et ici ). Comment pouvons-nous réconcilier cela ?

(...)

Les personnes sourdes et handicapées offrent des connaissances précieuses qui ne peuvent pas être reproduites ni enseignées par des personnes non handicapées. Les personnes sourdes et handicapées ne doivent pas seulement enseigner à l’université, elles doivent aussi s’engager davantage dans les communautés locales de personnes handicapées et sourdes. La langue et les gens ne peuvent pas être séparés. Un enseignement irresponsable des langues des signes peut conduire à une mise en danger de la langue. Les universités qui proposent des programmes d’interprétation en langue des signes doivent être attentives aux structures de professeurs à deux niveaux, dans lesquelles les professeurs non sourds bénéficient d’un statut supérieur à ceux des professeurs sourds. L’enseignement de la langue des signes mérite le même prestige que l’enseignement de toute autre langue parlée.

Nous devons nous rappeler que l’apprentissage de la langue des signes est l’occasion de créer un monde plus inclusif pour les personnes sourdes. Aujourd’hui, les étudiants en langue des signes peuvent être des médecins, des enseignants pour enfants sourds, des décideurs ou des chercheurs ayant le potentiel d’influencer la qualité de vie des personnes sourdes ainsi que le statut des langues des signes.

Les universités ont le choix. Respectez les personnes sourdes et handicapées ainsi que le langage des signes et travaillez à l’inclusion des personnes handicapées et sourdes sans objections au coût ou à la commodité de l’accès. Ou marchez en négligeant la valeur des langues des signes et du handicap. Cela enracine la marginalisation des personnes sourdes et handicapées ainsi que des langues des signes.

[

(JPG)
Octavian E. Robinson
Octavian E. Robinson a obtenu son doctorat en histoire à l’Université d’État de l’Ohio et est professeur adjoint à l’Université St. Catherine. Il a publié des chapitres sur l’histoire des femmes sourdes, la rhétorique capacitante et la citoyenneté aux États-Unis. Ses travaux récents ont tourné autour de la justice des personnes handicapées, de la politique et de la rhétorique entourant les langues des signes et le capacitisme. Il est sur Twitter en tant que @DeafHistorian

|

(JPG)
Jonathan Henner
Jonathan Henner est professeur adjoint à la School of Education de l’Université de Caroline du Nord à Greensboro. Jusqu’à présent, son travail a pris trois formes : a) il examine comment différents facteurs influent sur le développement des compétences langagières et cognitives chez les enfants sourds et malentendants ; b) il étudie les meilleurs moyens d’évaluer et de mesurer les compétences linguistiques des populations sourdes et malentendantes ; c) il examine les expériences des universitaires sourds dans le monde universitaire et la manière dont les scientifiques interagissent avec les personnes sourdes. Il est sur Twitter en tant que @jmhenner

|

Attention : Traduction automatique de l’article 3121

Lire l’article original en anglais https://acadeafic.org/2019/09/06/ap...


Aller au début de l'article
Répondre à cet article

Forum de l'article

Aller au début de l'article
L'UNAPEDA est une association pluraliste, ouverte, et permet donc l'expression des diverses sensibilités sur son site. Les articles publiés engagent leurs auteurs et ne signifient aucunement que notre association aurait, d'une quelconque manière, décidé de privilégier l'opinion qu'ils expriment au détriment de toutes les autres

Dernière mise à jour lundi 2 décembre 2019
2800 articles - 120 messages - 267 bréves.
Site réalisé par EMERA
avec SPIP 1.8.3 sous licence GPL - Epona 2.2.3.